Hansen

Article by Jillian Power, RMC Alumni Association 

For the first time in over 50 years NASA will be sending astronauts to the moon, this time with one of our RMC Alumni – 21364 Col. Jeremy Hansen, Class of 1999.

With an estimated launch for November 2024, Artemis II will be NASA’s first crewed mission to orbit the moon – flying further into space than any human has since the Apollo program.

Historically, NASA has been very secretive about the selection process for who gets to go to space, and Artemis II is no exception. According to CNN, the decision is made by three key people at the agency; the chief astronaut (Drew Feustel), the Head of Flight Operations Directorate (Norm Knight), and the Director of the Johnson Space Center (Vanessa Wyche).

So, how did Col. Hansen become qualified for the role? Let’s start in 1988, where his aviation journey began upon joining 614 Royal Canadian Air Cadet Squadron in London, Ontario.

Taking the skills and discipline he learned from Air Cadets, he began studying at Collège militaire royal in Saint-Jean sur Richelieu in 1994, graduating from RMC in Kingston in May 1999 with a Bachelor’s degree with honours in Space Science.

In 2009, Col. Hansen was selected as one of two new recruits in the Canadian Space Agency, graduating from Astronaut Candidate Training in 2011. After some exciting underground and undersea missions, he became the first Canadian to be entrusted with training astronaut candidates at NASA in 2017.

Having a lifetime of love for Neil Armstrong and aviation, Col. Hansen now gets to follow in Armstrong’s footsteps on Artemis II – the second step in NASA’s mission to return astronauts to the surface of the moon. The team will orbit for 10 days in the Orion spacecraft, testing key components to prepare for Artemis III, which will place humans back on the moon in 2025 for the first time in over 50 years.

Canada gets a seat on Artemis II due to its contributions to Lunar Gateway, a space station that will orbit the moon. But Canada is also building a lunar rover provided by Canadensys Aerospace.

If you ask Col. Hansen why Canada gets to go to space, he will say it’s for two reasons – firstly, because of the decision to curate an international team for this mission, and secondly, he proudly notes “Canada’s can-do attitude.”

Was the 15 year wait to get to space worth it? Col. Hansen believes it was. While he jokes about being one of the most patient Canadian astronauts, he says with sincerity “You won’t hear me complain about waiting to go to space. I’m just a really fortunate Canadian.”

A fortunate Canadian who is doing his alma mater proud.

Inside Royal Military College’s Physics and Space Science program


Canadian Astronauts and the Military College Connection

8276 Marc Garneau,  CMR RMC 1970

Marc Garneau, C.C., C.D., B.Sc., Ph.D., FCASI, was born on February 23, 1949 in Quebec City. He studied Engineering Physics at the Royal Military College of Kingston, and earned his Doctorate in Electrical Engineering from the Imperial College of Science and Technology, London, England, in 1973.

He began his career as a naval officer in 1973 and was based in Halifax, serving as an engineer and instructor. In 1980 he began working with the Naval Engineering Unit where he helped develop an aircraft-towed target system to measure naval gunnery accuracy. Promoted to the rank of Commander in 1982, he was transferred to Ottawa in 1983 and became design authority for naval communications and electronics warfare equipment and systems.

In 1983 Garneau answered an ad from the National Research Council for Canadians to apply to become astronauts to fly in future space missions. Out of nearly 4300 applications, he was one of six chosen to become the first group of Canadian astronauts, and in 1984 was selected as number one to go. He was then seconded from the Navy to the new Canadian Astronaut Program to begin a short period of rigorous training at the Johnson Space Center in Houston. His first flight, STS-41G, was on the shuttle Challenger from October 5-13, 1984 as payload specialist, becoming the first Canadian to fly on a NASA mission to space.

He was promoted to Captain in 1986 but ended his naval career in 1989 after 23 years service to become deputy director of the Canadian Astronaut Program, where he provided technical and program support for future Canadian missions.

Garneau logged about 678 hours n space during his three missions. Even more importantly, and often working behind the scenes, he used his engineering expertise, his passion and his quiet grace to bring success to Canada’s space program and create opportunities for Canadian astronauts who followed in his footsteps.

Passionate about planetary exploration and a visionary in formulating a role for the Canadian scientific community, Garneau has fostered new developments in Canadian technologies and has spoken out in support of another important role for Canada, this time in Moon and Mars exploration. His foresight and convincing leadership are focused on ensuring that Canadian scientists remain at the leading edge of research on our solar system and beyond.

Source:  https://cahf.ca/marc-garneau/


H13738 Chris Hadfield, RRMC RMC 1982

Born August 29, 1959, in Sarnia, and raised in Milton, Ontario. Colonel Chris Hadfield is married to Helene Hadfield (née Walter). They have three children. He enjoys skiing, playing guitar, singing, riding, writing, running, and playing volleyball and squash. His parents, Roger and Eleanor Hadfield, reside near Milton. Her mother, Gwendoline Walter, resides in Victoria, B.C. Her father, Erhard Walter, is deceased.

Raised on a corn farm in southern Ontario, Chris Hadfield became interested in flying from a young age. As an Air Cadet, he won a glider pilot scholarship at age 15 and a powered pilot scholarship at age 16. He also taught skiing and ski racing part- and full-time for 10 years.

Hadfield joined the Canadian Armed Forces in May 1978. He spent two years at Royal Roads Military College, in Victoria, British Columbia, followed by two years at the Royal Military College in Kingston, Ontario, where he received a bachelor’s degree in Mechanical Engineering (with honours) in 1982. Hadfield underwent basic flight training in Portage La Prairie, Manitoba, for which he was named top pilot in 1980. In 1983, he took honours as the overall top graduate from Basic Jet Training in Moose Jaw, Saskatchewan, and in 1984-1985, he trained as a fighter pilot in Cold Lake, Alberta on CF-5s and CF-18s.

In November 1995 Hadfield served as Mission Specialist 1 on STS-74, NASA’s second space shuttle mission to rendezvous and dock with the Russian Space Station Mir. During the flight, the crew of Space Shuttle Atlantis attached a five-tonne docking module to Mir and transferred over 1,000 kg of food, water, and scientific supplies to the cosmonauts. Hadfield flew as the first Canadian mission specialist, the first Canadian to operate the Canadarm in orbit, and the only Canadian to ever board Mir.

In April 2001 Hadfield served as Mission Specialist 1 on STS-100 International Space Station (ISS) assembly Flight 6A. The crew of Space Shuttle Endeavour delivered and installed Canadarm2, the new Canadian-built robotic arm, as well as the Italian-made resupply module Raffaello. During the 11-day flight, Hadfield performed two spacewalks, which made him the first Canadian to ever leave a spacecraft and float freely in space. In total, Hadfield spent 14 hours, 54 minutes outside, travelling 10 times around the world.

Source:  https://www.asc-csa.gc.ca/eng/astronauts/canadian/former/bio-chris-hadfield.asp


21436 Col Jeremy Hansen, RMC Class of 1999

Born January 27, 1976, in London, Ontario, and raised on a farm near Ailsa Craig, Ontario, until moving to Ingersoll for his high school years. Colonel Hansen is married with three children. He enjoys sailboat cruising and racing, rock climbing and mountain biking.

Colonel Hansen holds a bachelor of science in space science (first class honours) from Royal Military College of Canada in Kingston, Ontario (1999). He earned a master of science in physics from the same institution in 2000, with a research focus on Wide Field of View Satellite Tracking.

Organizations: Canadian Armed Forces, 1994 to present

Special honours: Canadian Forces Decoration – 12 Years of Good Service (October 2006), Canadian Air Force Pilot Wings (May 2002), Clancy Scheldrup Memorial Trophy – Outstanding Graduate on the Basic Flying Course (2001), Air Cadet League of Canada Award – Top Air Force Graduate from the Royal Military College of Canada (May 1999), The Queen Elizabeth II Diamond Jubilee Medal (2012).

Prior to joining the Canadian Space Program, Colonel Hansen served as a CF-18 fighter pilot and held the position of Combat Operations Officer at 4 Wing in Cold Lake, Alberta. His responsibilities included ensuring the effectiveness of NORAD Air Defense Operations and the operability of Deployed and Forward Operating Locations (Bases).

From 2004 to 2007, Colonel Hansen served as a CF-18 fighter pilot with 409 Tactical Fighter Squadron and 441 Tactical Fighter Squadron, where his responsibilities included NORAD Operations, Deployed Exercises and Arctic Flying Operations. He completed his CF-18 Fighter Pilot Training in 410 Tactical Fighter Operational Training Squadron from 2003 to 2004.

Colonel Hansen’s flight experience began at the age of 12, when he joined the Air Cadet Program. He obtained both glider and private pilot licenses through this program by the age of 17. This training led to his acceptance to Royal Military College Saint-Jean in Saint-Jean-sur-Richelieu, Quebec.

Source:  https://www.asc-csa.gc.ca/eng/astronauts/canadian/active/bio-jeremy-hansen.asp


22911 Joshua Kutryk, RMC 2004

Born March 21, 1982, in Fort Saskatchewan, Alberta, Colonel Kutryk was raised on a cattle farm in eastern Alberta. He enjoys backcountry skiing, cycling, mountaineering and paragliding.

Colonel Kutryk holds a bachelor’s degree in mechanical engineering (1st Class Distinction) from the Royal Military College of Canada in Kingston, Ontario (2004). He also earned a master’s degree in space studies from Embry-Riddle Aeronautical University in Florida (2009), a master’s degree in flight test engineering from the United States Air Force’s Air University in Alabama (2012), and a master’s degree in defence studies from the Royal Military College of Canada in Kingston, Ontario (2014).

Prior to joining the Canadian Space Program, Colonel Kutryk worked as an experimental test pilot and a fighter pilot in Cold Lake, Alberta, where he led the unit responsible for the operational flight-testing of fighter aircraft in Canada.

As the officer in charge of fighter evaluations, he was responsible for safely conducting the initial airborne evaluations of new technologies and systems on the CF-18. He worked with a team of aerospace engineers, analysts, aircraft technicians and program managers in order to make the CF-18 safer and more effective in its mission. Colonel Kutryk has worked on a variety of technical flight test projects, ranging from out-of-control flying to automated navigation and flight control systems to weapon guidance and control. In addition, he has worked extensively as an instructor, teaching other pilots how to fly the CF-18 on demanding missions.

In 2012, Colonel Kutryk received the prestigious Liethen-Tittle Award from the United States Air Force for being their top test pilot graduate, an award also presented to Colonel Chris Hadfield in 1988.

From 2007 to 2011, Colonel Kutryk served as a CF-18 fighter pilot with 425 Tactical Fighter Squadron in Bagotville, Quebec. During that time he flew missions in support of NATO, UN and NORAD commitments around the world. He has been deployed in both Libya and Afghanistan.

Colonel Kutryk was one of two recruits selected by the Canadian Space Agency (CSA) in July 2017 through the fourth Canadian astronaut recruitment campaign.

Colonel Kutryk was one of the top 16 candidates (from over 5,350 hopefuls) during Canada’s 2009 astronaut recruitment campaign. Due to his perseverance and dedication, he now finds himself in the Canadian Astronaut Corps.

In July 2017, Colonel Kutryk relocated to Houston, Texas, to take the two-year Astronaut Candidate Training Program at the Johnson Space Center as a member of the 2017 National Aeronautics and Space Administration (NASA) astronaut class.

The program includes scientific and technical briefings, intensive instruction in International Space Station (ISS) systems, simulated extravehicular activities (EVAs, or spacewalks), robotics, physiological training, flight training, Russian language courses, and sea and wilderness survival training.

Colonel Kutryk completed the two-year Astronaut Candidate Training Program and obtained the official title of astronaut in January 2020.

Source:  https://www.asc-csa.gc.ca/eng/astronauts/canadian/active/bio-joshua-kutryk.asp


Le colonel 21364 Jeremy Hansen ira vers la Lune en novembre!

Pour la première fois depuis plus de 50 ans, la NASA envoie un équipage vers la Lune – cette fois avec un ancien du CMR, le colonel 21364 Jeremy Hansen de la promotion 1999.

Prévue pour novembre 2024, Artemis II sera la première mission de la NASA qui amènera des astronautes autour de la Lune depuis la fin du programme Apollo.

La NASA s’est toujours faite très discrète sur le processus de sélection des astronautes envoyés dans l’espace, et la mission Artemis II ne fait pas exception. Selon CNN, la décision est prise par trois personnes clés de l’agence, soit l’astronaute en chef Drew Feustel, le directeur des opérations aériennes Norm Knight et la directrice du Centre spatial Johnson Vanessa Wyche.

Qu’est-ce qui les a incités à choisir le colonel Hansen? Sa carrière de pilote commence en 1988 quand il se joint au 614e Escadron des cadets de l’Aviation royale du Canada à London, en Ontario.

Les Cadets de l’air lui permettent de développer la discipline et les compétences nécessaires pour être admis au Collège militaire royal de Saint-Jean en 1994. Il obtient son baccalauréat en sciences spatiales avec distinction au Collège militaire royal du Canada à Kingston en mai 1999.

En 2009, le colonel Hansen est l’une des deux recrues sélectionnées par l’Agence spatiale canadienne et il termine sa formation de candidat astronaute en 2011. Après avoir participé à de grandes expéditions souterraines et sous-marines, il est devenu le premier Canadien à se voir confier une classe d’astronautes à la NASA en 2017.

Éternel amoureux de l’aviation et fervent admirateur de Neil Armstrong, le colonel Hansen a maintenant l’occasion de marcher dans les pas de son idole avec la mission Artemis II – le deuxième volet du grand retour des êtres humains sur la Lune orchestré par la NASA. L’équipage orbitera pendant 10 jours dans le vaisseau spatial Orion pour tester des composants et servir de vol préparatoire à Artemis III, la mission qui déposera des astronautes sur la Lune en 2025 pour la première fois depuis plus de 50 ans.

Le Canada participe à la mission Artemis II puisqu’il conçoit de l’équipement pour Gateway, une station spatiale lunaire qui sera mise en orbite autour de la Lune. Le Canada fournit aussi un rover lunaire construit par Canadensys Aerospace.

Selon le colonel Hansen, le Canada ira dans l’espace pour deux raisons; la première, parce que les États-Unis ont pris la décision de se constituer une équipe internationale pour la mission, et la deuxième, parce que le Canada peut accomplir ce qui semble impossible.

Le colonel Hansen a patienté 15 ans avant d’obtenir sa première mission dans l’espace. L’attente en a-t-elle valu la peine? Absolument, dit-il. Même s’il mentionne à la blague qu’il est le plus patient des astronautes canadiens, il n’a pas l’intention de s’en plaindre. « Je me considère simplement comme un Canadien très chanceux. »

Un Canadien très chanceux qui fait la fierté de son alma mater.


Les astronautes canadiens ayant étudié dans les Collèges militaires royaux du Canada

8276 Marc Garneau, promotion de 1970

Marc Garneau, C. C., C. D., B. Sc., Ph. D., FCASI., est né le 23 février 1949 à Québec. Il obtient un baccalauréat en génie physique au Collège militaire royal de Kingston et un doctorat en génie électrique à l’Imperial College of Science and Technology à Londres, en Angleterre, en 1973.

Il commence sa carrière comme officier de marine en 1973. Basé à Halifax, il assume les fonctions d’ingénieur et d’instructeur. En 1980, il se joint à l’Unité de génie naval, où il collabore à la mise au point d’une cible remorquée par avion servant à évaluer la précision du tir de l’artillerie navale. Promu au grade de commandant en 1982, il est muté à Ottawa l’année suivante. Il devient alors responsable de la conception d’équipements et de systèmes électroniques de guerre et de communications navales.

En 1983, il répond à un appel de candidatures du Conseil national de recherches du Canada qui cherche à recruter de futurs astronautes pour les prochaines missions spatiales. Sélectionné parmi près de 4 300 candidats, il fait partie d’un premier groupe de six astronautes canadiens. En 1984, il devient le premier Canadien à aller dans l’espace. Il est ensuite détaché par la Marine pour suivre son entraînement d’astronaute dans le cadre du Programme des astronautes canadiens au Centre spatial Johnson à Houston. En octobre 1984, lors de son premier vol, il devient le premier astronaute canadien à séjourner dans l’espace; il participe à la mission STS-41G à titre de spécialiste des charges utiles.

Il est promu au grade de capitaine en 1986, mais se retire de la Marine canadienne en 1989 après 23 années de service. Il devient directeur adjoint du Programme des astronautes canadiens, où il assure un soutien technique et appuie les programmes dans le cadre de missions canadiennes subséquentes.

Vétéran de trois missions spatiales, il cumule 678 heures de vol. En coulisses, il a su mettre à profit son expertise en ingénierie et sa passion pour garantir le succès du programme spatial canadien et créer des occasions pour les astronautes qui ont suivi ses traces.

Passionné d’exploration planétaire et considéré comme le visionnaire qui a défini le rôle de la communauté scientifique canadienne, Marc Garneau a contribué à la mise en évidence des technologies canadiennes et est ravi que le Canada joue un rôle important dans l’exploration de la Lune et de Mars. Marc Garneau voit loin et se sert de son leadership pour s’assurer que les scientifiques canadiens demeurent à la fine pointe de la recherche sur notre système solaire et au-delà.

Source : https://cahf.ca/marc-garneau/


H13738 Chris Hadfield, promotion de 1982

Chris Hadfield est né le 29 août 1959 à Sarnia et a grandi à Milton, en Ontario. Le colonel Chris Hadfield est marié à Helene Hadfield (née Walter) et il est père de trois enfants. Il aime le ski, la guitare, le chant, l’équitation, l’écriture, le jogging, le volleyball et le squash. Ses parents, Roger et Eleanor Hadfield, habitent près de Milton. La mère d’Helene, Gwendoline Walter, réside à Victoria, en Colombie-Britannique. Son père, Erhard Walter, est décédé.

Élevé sur une ferme consacrée à la culture du maïs dans le sud de l’Ontario, Chris Hadfield s’intéresse très jeune au pilotage et devient cadet de l’air. Il décroche une bourse de pilote de planeur à l’âge de 15 ans et une autre bourse de pilote d’avion propulsé à 16 ans. Il enseigne également le ski et le ski de compétition à plein temps et à temps partiel pendant 10 ans.

Chris Hadfield entre dans les Forces armées canadiennes en mai 1978. Il passe deux ans au Collège militaire Royal Roads à Victoria, en Colombie-Britannique, et deux autres années au Collège militaire royal de Kingston, en Ontario, où il obtient, en 1982, son baccalauréat en génie mécanique (avec distinction). En 1980, on lui décerne le titre de meilleur pilote lors de son entraînement élémentaire à Portage La Prairie, au Manitoba. En 1983, il récolte la meilleure note globale à la fin de son entraînement de pilote d’avion à réaction de niveau élémentaire à Moose Jaw en Saskatchewan et, en 1984-1985, il se soumet à un entraînement sur CF-5 et CF-18 à Cold Lake, en Alberta.

En novembre 1995, Chris Hadfield s’envole en tant que premier spécialiste de mission dans le cadre de la mission STS-74, la deuxième mission de rendez-vous et d’amarrage de la navette américaine avec la station spatiale russe Mir. Pendant le vol, l’équipage à bord de la navette Atlantis fixe un module d’amarrage pesant cinq tonnes sur la station Mir et transfère plus de 1 000 kilogrammes de nourriture, d’eau et d’instruments scientifiques à l’intention des cosmonautes. Chris Hadfield devient le premier spécialiste de mission canadien, le premier Canadien à manœuvrer le bras spatial Canadarm en orbite et le seul Canadien à visiter la station Mir.

En avril 2001, Chris Hadfield participe à la mission STS-100, le vol 6A d’assemblage de la Station spatiale internationale, à titre de premier spécialiste de mission. Ce vol de 11 jours à bord de la navette Endeavour vise essentiellement à livrer et à installer le nouveau bras robotique canadien Canadarm2 ainsi que le module logistique polyvalent Raffaello de conception italienne. Durant cette mission, Chris Hadfield effectue deux sorties extravéhiculaires. Il devient ainsi le premier Canadien à quitter un engin spatial et à évoluer librement dans l’espace. Chris Hadfield passe un total de 14 heures et 54 minutes dans le vide spatial et effectue dix fois le tour de la Terre.

Source : https://www.asc-csa.gc.ca/fra/astronautes/canadiens/retraites/bio-chris-hadfield.asp


21436 colonel Jeremy Hansen, promotion de 1999

Né le 27 janvier 1976 à London, en Ontario, le colonel Hansen a grandi dans une ferme près de Ailsa Craig avant de déménager à Ingersoll pendant ses années d’études secondaires. Il est marié et a trois enfants. Il aime pratiquer la voile récréative et de compétition, l’escalade et le vélo de montagne.

Le colonel Hansen possède un baccalauréat en sciences spatiales (mention très honorable) du Collège militaire royal du Canada (1999) de Kingston, en Ontario. Il est aussi titulaire d’une maîtrise en physique du même établissement (2000) sur la poursuite de satellites à grand champ de vision.

Il est membre des Forces armées canadiennes depuis 1994.

Distinctions honorifiques : Décoration des Forces canadiennes – 12 ans de bons services (octobre 2006); brevet de pilote de l’Aviation royale canadienne (mai 2002); trophée commémoratif Clancy-Scheldrup – diplômé exemplaire du cours de pilotage de base (2001); Décoration de la Ligue des cadets de l’Air du Canada – meilleur diplômé de la Force aérienne, Collège militaire royal du Canada (mai 1999); Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2012).

Avant de se joindre au Programme spatial canadien, le colonel Hansen était pilote de CF-18. Il occupait le poste d’officier des Opérations de combat de la 4e Escadre à Cold Lake, en Alberta. Il était notamment responsable de l’efficacité des opérations de défense aérienne, des exercices de déploiement et des opérations de vol du NORAD dans l’Arctique.

De 2004 à 2007, il était pilote de CF-18 dans le 409e Escadron d’appui tactique et le 441e Escadron d’appui tactique, où il était notamment responsable de l’efficacité des opérations, des exercices de déploiement et des opérations de vol du NORAD dans l’Arctique. Il a terminé sa formation de pilote de CF-18 dans le 410e Escadron d’entraînement opérationnel à l’appui tactique.

Son parcours de pilote a commencé à l’âge de 12 ans quand il s’est joint au programme des cadets de l’Air. À 17 ans, il avait déjà obtenu son brevet de pilote de planeur et son brevet de pilote privé des Cadets de l’air. Cette formation a mené à son admission au Collège militaire royal de Saint-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

Source : https://www.asc-csa.gc.ca/fra/astronautes/canadiens/actifs/bio-jeremy-hansen.asp


22911 Joshua Kutryk, promotion de 2004

Né le 21 mars 1982, à Fort Saskatchewan, en Alberta, le colonel Kutryk a grandi dans une ferme de l’est de l’Alberta. Il pratique le ski hors piste, le cyclisme, l’alpinisme et le parapente.

Le colonel Kutryk possède un baccalauréat en génie mécanique (très grande distinction) du Collège militaire royal du Canada de Kingston, en Ontario (2004). Il a aussi obtenu une maîtrise en études spatiales à l’Embry-Riddle Aeronautical University, en Floride (2009), une maîtrise en génie des essais en vol à l’Air University des Forces aériennes des États-Unis, en Alabama (2012), et une maîtrise en études de la défense au Collège militaire royal du Canada de Kingston, en Ontario (2014).

Avant de se joindre au Programme spatial canadien, le colonel Kutryk était pilote d’essai expérimental et pilote de chasse à Cold Lake, en Alberta. Il dirigeait l’unité responsable des essais opérationnels en vol des chasseurs au Canada.

À titre de commandant de l’Escadrille d’évaluation des chasseurs, il était responsable de l’exécution sécuritaire des évaluations initiales en vol des nouvelles technologies et des nouveaux systèmes sur le CF-18. Il travaillait avec une équipe d’ingénieurs aérospatiaux, d’analystes, de techniciens d’aéronefs, de gestionnaires de programmes et de dirigeants d’entreprises afin de rendre le CF-18 plus sûr et plus efficace. Le colonel Kutryk a travaillé sur une variété de projets d’essais, comme le pilotage hors contrôle, la navigation automatisée, les commandes de vol au guidage et la commande d’armes. De plus, il a enseigné le pilotage du CF-18dans le cadre de missions exigeantes.

En 2012, le colonel Kutryk a reçu le prestigieux prix Liethen-Tittle des Forces aériennes des États-Unis décerné au meilleur pilote d’essai de sa promotion, un prix que le colonel Chris Hadfield s’est aussi vu décerner en 1988.

De 2007 à 2011, le colonel Kutryk a été pilote de CF-18 dans le 425e Escadron d’appui tactique à Bagotville, au Québec. Au cours de cette période, il a effectué des missions pour aider l’OTAN, l’ONU et le NORAD à respecter leurs engagements dans le monde entier. Il a été déployé en Libye et en Afghanistan.

Le colonel Kutryk est l’une des deux recrues sélectionnées en juillet 2017 par l’Agence spatiale canadienne (ASC) à l’issue de la quatrième campagne de recrutement d’astronautes canadiens.

Le colonel Kutryk a aussi fait partie des 16 finalistes de la campagne de recrutement d’astronautes canadiens de 2009 parmi plus de 5 350 candidats. Grâce à sa persévérance et à sa détermination, il fait maintenant partie du corps des astronautes canadiens.

Peu de temps après avoir été recruté, il a déménagé à Houston, au Texas, pour suivre la formation de base d’astronaute de deux ans au Centre spatial Johnson, dans la classe d’astronautes de 2017 de la National Aeronautics and Space Administration (NASA).

Cette formation des candidats astronautes comprend des séances d’information scientifique et technique, une formation intensive sur les systèmes de la Station spatiale internationale, des simulations d’activités extravéhiculaires (sorties dans l’espace), de la robotique, du conditionnement physique, une formation au pilotage, l’apprentissage du russe et des entraînements de survie en mer et en milieu sauvage.

Le colonel Kutryk a terminé la formation de base d’astronaute de deux ans. En janvier 2020, il a reçu officiellement le titre d’astronaute.

Source : https://www.asc-csa.gc.ca/fra/astronautes/canadiens/actifs/bio-joshua-kutryk.asp

 

1 Comment

  1. Rob and Camille Young on April 25, 2023 at 6:51 pm

    Absolutely amazing Jeremy! On behalf of the class of 99 we are so very proud of you and all you have accomplished!!!

Leave a Comment





Categories